Candide au XXI° siècle

Les élèves de 1 TCI ont étudié le conte philosophique de Voltaire « Candide ».Puis ils ont imaginé que Candide découvrait notre monde actuel avec son regard naïf, et dialoguait avec Pangloss, perpétuel optimiste. Leurs écrits dénoncent de cette manière ce qui les choque à notre époque …

Candide arriva dans cette magnifique ville à la teinte noirâtre de Paris afin de rendre visite à son cher Pangloss qui, de par son excellent souffle de sportif, se retrouvait à l’hôpital suite à une crise d’asthme.
« -Bonjour Pangloss ! Comment allez-vous ?
-Je vais bien, comme toujours, tout est au mieux !
-Si tout est au mieux, pourquoi êtes-vous dans
ce lit d’hôpital ?
-Et bien car je ne suis pas habitué au génial fonctionnement de cette ville »

Continuer la lecture de Candide au XXI° siècle

Voyage voyage …sur Bordeaux et le Bassin d’Arcachon

La classe de 2nde Systèmes numériques a participé du 13 au 15 mars à une sortie sur Bordeaux et le Bassin d’Arcachon. Ce projet pluridisciplinaire avait pour objectif d’allier culture, découverte professionnelle et activités de plein air.
Le soleil n’a pas vraiment été au rendez-vous et les giboulées nous ont accompagnés durant ces trois jours. Cependant, cette météo capricieuse n’a pas entamé notre bonne humeur et ne nous a pas empêchés de profiter des activités proposées.

Une déambulation dans l’Histoire
Première étape du voyage, le centre de Bordeaux. Grâce à un jeu de piste, notre déambulation, en lien avec notre programme sur la ville au XVIIIème siècle, nous a menés de la place de la Bourse jusqu’à la place des Quinconces en passant par le Grand Théâtre. L’architecture est révélatrice
de la prospérité de la ville au siècle des Lumières et son passé est marqué dans la pierre.
Une autre façon de faire de l’histoire hors de la salle de classe!

DSC01566

Continuer la lecture de Voyage voyage …sur Bordeaux et le Bassin d’Arcachon

Fonds de solidarité et monnaie locale: le nouveau projet de la MDL

Huit représentants de la MDL sont au Festival des lycéens pour présenter leur projet de fonds de solidarité. Ces six élèves, bénévoles et motivés, accompagnés de deux encadrants de la Vie Scolaire, défendent cette idée originale qui
a pour but d’aider les élèves en difficulté financière.

Un projet social et innovant
Afin que tous les élèves puissent profiter des offres de la MDL (sorties, animations, vente de boissons…), une aide financière sera proposée à ceux qui ont moins de ressources, sous forme de monnaie locale utilisable seulement dans le lycée. Le financement proviendra d’une partie du bénéfice des ventes du bar et des photos de classe, d’un pourcentage de l’adhésion et de dons. Grâce au festival, l’équipe espère obtenir aussi des aides de la Région.

Rendez-vous en septembre
La Maison Des Lycéens, dans des locaux remis à neuf, accueillera toujours les élèves avec différents jeux (baby-foot, billard, jeux de société), tous gratuits ! Elle organisera de nouveau différentes sorties (pour rappel en 2018/2019, le programme était varié: cinéma, billard, ski, …). Le fonds de solidarité mis en place devrait permettre à plus d’élèves d’en profiter. Dans les dossiers d’inscription, chacun trouvera un questionnaire destiné à demander ce fonds et pourra s’il le souhaite le compléter. Les dossiers seront ensuite examinés en toute confidentialité à la rentrée. 20190516_092252

Le coin des écrivains …

Voici le début d’une nouvelle écrite par Louis, un élève de seconde bac pro MV. Mystère et suspense sont au rendez-vous … Bonne lecture !

CHAPITRE 1 – L’ARRIVEE

Un jour, j’étais dans ma voiture sur un chemin de campagne. Il faisait beau, il n’y avait pas de vent. La température variait entre 20° et 22°. En arrivant à la maison de ma grand-mère, le voisin me salua bizarrement. J’étais parti vivre dans la maison de ma grand-mère car elle était décédée depuis peu. Dès l’arrivée, ma chienne courut vers la porte. Elle avait flairé une piste dans la maison mais je n’ai pas pu savoir ce que c’était. La première journée se déroula très bien.

A la tombée de la nuit, je partis au lit. D’un coup, la lumière s’éteignit. Bien-sûr, il n’y avait plus d’essence dans le groupe électrogène. Je m’endormis sans lumière. En plein milieu de la nuit, un gros bruit dans la cuisine me réveilla brusquement. Je pris ma lampe et descendit voir. Dans la cuisine il n’y avait personne, comme dans les autres pièces d’ailleurs. Mais derrière la table, un pot en verre était cassé. Je balayai et au moment de retourner au lit, j’aperçus le voisin dans le jardin. J’essayai de lui parler à plusieurs reprises mais tout cela resta sans réponse. Je remontai eu lit et me rendormis.

Continuer la lecture de Le coin des écrivains …

LA PHOTO VUE SOUS DIFFERENTS ANGLES AVEC MAURICE CUQUEL

Maurice Cuquel, un photo-journaliste, nous a fait découvrir son métier à travers une série de reportages photo marquants. Bientôt ce sera à nous de faire une série de dix photos pour montrer notre « vie de lycéen » dans
le cadre d’un projet.

m cuquel4

Maurice Cuquel commente une de ses photos issue d’un reportage sur les Saraouihs

Comment faire une bonne image ?
M.Cuquel a projeté différents clichés pris en Iran ou en Algérie (pour un reportage sur des jeunes saraouihs). Il nous a expliqué que derrière chaque image il y a une histoire.
Nous avons appris qu’à certains moments, il doit attendre le moment opportun pour prendre la bonne photo. Dans d’autres cas, c’est la chance qui joue et il doit être réactif. Ce qui est difficile pour lui, c’est la sélection des photos
à la fin et le choix des légendes. Sans légende, on peut faire une mauvaise interprétation de la réalité

Journaliste, un métier dangereux
La photo qui nous a le plus marqués est celle de deux jeunes filles iraniennes qui sont venues provoquer le photographe avec leur voile blanc et leurs cheveux bien visibles (deux choses interdites en Iran). Maurice Cuquel a pris beaucoup de risques pour les prendre en photo et ensuite vite cacher la pellicule.
Nous avons apprécié cette rencontre riche en informations qui nous a appris à comprendre et à lire une image autrement et à en découvrir le sens caché. Nous tiendrons compte des conseils donnés lors de la prise de vue de nos propres photos.

Les classes de 2 TCI et TU

Des fables pour dénoncer les discriminations

Au cours de ce début d’année scolaire, les élèves de première TCI et première TU ont participé à un projet d’écriture supervisé par leur professeur de français.
Les élèves ont chacun écrit une fable qui dénonce un fait d’actualité en racontant une histoire mettant en scène des animaux. Ces fables contiennent chacune une morale. Quatre fables seulement ont été publiées dans le journal papier ,après vote des élèves. Retrouvez  ici ces quatre fables lauréates suivies de toutes les autres.

L’HIPPOPOTAME ET L’ECUREUIL

Dans la vie, le gabarit ne définit pas la force.
Un hippopotame nommé El Diablo était un excellent catcheur
Et un écureuil nommé Carlos qui ne faisait pas peur
Le petit rongeur aussi était catcheur
Mais personne ne le craignait.
Afin de faire grimper sa crédibilité,
Carlos défia le champion dans un combat sans pitié.
El Diablo accepta avec la certitude qu’il allait gagner.
Le combat débuta .
Le favori, lourd, lent, attaqua …
Tandis que le fin et rapide animal esquiva.
Pris de fatigue par l’intensité du combat,
Son coeur le lâcha !
La montagne de muscles s’écroula.
L’écureuil, lui, à peine essouflé, cria
« La force ne vient pas des muscles !
Elle vient de la manière dont on utilise nos faiblesses ! »

Au final, le plus petit l’emporta
Et toute la jungle le respecta
C’est dommage de devoir faire un combat
Pour que l’on ne nous méprise pas
Yohann Pascault, 1 TCI

Continuer la lecture de Des fables pour dénoncer les discriminations

le journal du LP Jean Monnet